C’est bien beau de faire le con en slip !

Il y a quelques semaines je m’amusais à poser avec un beau slip floqué “Hossegor” devant la plus grande tour du monde, la Burj Khalifa de Dubaï (829m, quand même).

J’ai passé un beau vendredi : 

Un peu de nage dans une belle piscine

Un lunch avec ma femme et des amis

Des échanges clients rapides pour m’assurer de leur avancée

Parfois je me rappelle nos débuts (très) compliqués aux Emirats.

Tous les 2 jours on pensait faire nos sacs et rentrer en France.

On a bien fait de persévérer.

Car à défaut d’avoir préparé notre arrivée ici (on est quand même partis le doigt au c*l), on a fait preuve de suffisamment de courage pour s’accrocher.

Et ce même vendredi, je me demandais…

Si j’avais fait preuve de plus de courage et d’audace pour mon activité ? 

Je serais certainement ailleurs, avec d’autres projets.

Peut-être à un stade plus “avancé”.

A me régaler et me challenger encore plus.

Et, au contraire, si j’en avais manqué sur certaines actions et décisions ?

Je m’ennuierais peut-être dans un emploi salarié à pleurer sur ma routine 9-5.

Ou alors je survivrais grâce à des petits boulots ça et là.

Et je serais convaincu que la vie est injuste et le monde pourri.

Pourquoi je vous raconte ça ?

Je me surprends encore à avoir des pensées à la con et qui ne riment à rien.

Maintenant, j’y fais attention et les chasse aussitôt !

Grâce à un petit exercice tout simple que je vous livre plus bas.

Alors, pensez-y la prochaine fois que vous vous surprendrez avec une pensée bien clichée et dénuée de sens, du style :

“Je ne sais jamais ce que je veux…”

“Je ne mène aucun projet à bien…”

“Je n’aurai pas le courage de faire ça…”

⇒ Démontez cette croyance en listant 5 à 10 moments de votre vie où vous :

Saviez ce que vous voulez, 

Meniez un projet à bien,

Avez fait preuve de courage.

(en creusant, vous trouverez bien quelque chose)

Ces pensées généralisées (qui n’ont aucun sens) s’envoleront.

Et vous gagnerez en certitude sur ce point précis

(à répéter autant de fois que nécessaire).

On parie ?

Faites cet exercice et venez me dire ce que ca donne.

Alex

Elle, toujours plus grasse malgré son régime

(et vous, toujours plus sec malgré votre budget investi)

Aujourd’hui, je souhaite t’expliquer pourquoi beaucoup d’entrepreneurs qui cherchent à consolider leur activité se plantent sans surprise.

Peut-être vas-tu te retrouver dans cette description – je t’invite à continuer la lecture.

Pour m’assurer que mon message passe bien, laisse moi te raconter cette rapide histoire… 

A son boulot, ma femme évolue avec une infirmière.

Petite philippine sympa, mais qui est devenue assez ronde ces derniers mois.

Elle s’est donc lancée dans un régime – régime Keto je crois, pour perdre du poids.

Je suis prêt à parier qu’elle n’en perdra pas.

Pourquoi ?

Parce qu’il faut voir comment elle bouffe :

Des confiseries hyper sucrées à longueur de journée

Aucun repas équilibré (si encore il y a un vrai repas de fait)

Peu d’eau bue, mais énormément de soda.

Perdre du poids dans ces conditions-là ?

Je ne suis pas nutritionniste mais je n’y crois pas trop.

Sauf si je me trompe, la recette de base d’une vie saine tient en 3 actions :

Bien s’alimenter, 

Bien s’hydrater,

Faire un minimum d’activité physique.

Con comme la lune.

Rien de compliqué. 

Trop simple pour être vrai, peut-être.

Pourquoi je vous raconte cela ?

Le parallèle avec une activité qui tourne bien est facile à voir.

Combien d’entrepreneurs et d’indépendants tentent un régime miracle pour grandir ?

Lancer des pubs Facebook… sans savoir à qui s’adresser ni comment le faire.

Souscrire à des plateformes marketing compliquées… et ne pas s’en servir.

Penser à automatiser tout leur business… 

C’est mettre la charrue avant les boeufs.

C’est surtout agir contre tout bon sens.

Alors, c’est sûr, vous voyez sur Facebook certains avec un marketing incroyable et une machine bien rodée.

Mais c’est qu’ils ont commencé par le commencement, en respectant les bases :

Identifier un problème D.U.R (Douloureux, Urgent, Reconnu).

Proposer une offre adéquate qui répond à ce besoin.

Valider l’hypothèse avatar/message/offre en trouvant des clients.

Pour ainsi commencer à dégager un certain CA.

Et continuer à grandir avec d’autres étapes.

Si vous n’êtes pas certain de vos fondations, ne foncez pas tête baissée

(et arrêtez les sucreries, c’est pas bon pour les dents).

Les actions à suivre pour s’assurer d’une bonne base ?

Commencer par prendre RDV avec moi pour y voir plus clair :

https://alexspiga.kartra.com/page/vdw-resaappel

“10 ans de cette vie ont suffit / A le changer en junkie”

Oui.

Junkie de la vie.

Il y a pile 10 ans, je validais mon Master 2 et m’envolais vers l’Australie.

Mon premier vrai grand départ.

Je ne savais pas trop ce que j’allais y trouver.

Ca a été une des meilleures décisions de ma vie.

J’y passerai un an à découvrir, galérer, me régaler.

A grandir beaucoup, aussi.

C’était seulement le 4e pays que je découvrais alors.  

Depuis, il y en a eu 24 autres (Indonésie, Nouvelle-Zélande, Etats Unis, Thaïlande, Nicaragua…) – et il y en aura d’autres.

Après ça, j’ai fait 3 ans en saisonnier : 

Val d’Isère l’hiver – ventes en ligne B2B et web marketing

Hossegor l’été – nageur sauveteur sur les plages où j’ai grandi

Puis, Malte, pendant 18 mois.

Travail de nuit pour une vilaine multinationale.

A priori pas la meilleure expérience.

Sauf qu’en cette expérience se dessinait mes débuts en tant qu’entrepreneur – je ne le savais pas encore, forcément. 

Puis retour sous les pins landais.

Pour me lancer à mon compte.
Construire ma maison.

Épouser ma magnifique femme.

Et la suivre dans ses envies d’ailleurs.  

J’écris ces lignes depuis l’Emirat d’Abu Dhabi, le sourire aux lèvres.

Je sais que je ne suis pas encore ce que je veux être et peux être.

Mais je suis heureux et reconnaissant de ce que je suis et ce que je deviens, jour après jour.

De ce que je peux faire au quotidien.

Oh, rien de fou.

Je ne suis pas non plus influenceur Instagram à écumer la planète.

Ou leader de mon domaine à remplir les salles durant une tournée européenne.

Mais aujourd’hui j’ai le plaisir de choisir les personnes avec qui je veux travailler.

Des personnes inspirantes et inspirées.

Je ne vous raconte pas ça pour me vanter

(beaucoup d’autres ont des vies bien plus incroyables !).

Simplement pour vous inviter et vous encourager à faire cet effort en plus pour provoquer ce que vous souhaitez.

D’aller au delà de vos peurs (commencez par les plus petites 🙂 ) pour avancer sur le chemin que vous souhaitez.

Ca fait flipper, c’est vrai.

Mais qu’est-ce qui est le plus flippant : avancer ou stagner ?

Et ce qu’il y a derrière est passionnant !

Est-ce que je peux vous demander de vous engager à réaliser une action qui vous fait peur mais qui vous fera avancer là où vous voulez ?

Et pour ceux qui sont “habitués” à ces sorties peu confortables, partagez-moi ce que ca vous apporte !

Alex

Vous êtes plutôt destination finale ou chemin pour y arriver ?

(indice : choix qui n’a pas lieu d’être)

Est-ce que vous êtes comme eux ?

🤯 Ces indépendants et entrepreneurs qui, lorsqu’ils sont dans la phase de décollage / validation de leur activité, s’embrouillent avec cette notion d’objectifs et les efforts que ca implique 🤯

Cela coince souvent sur une définition claire de ce qu’ils veulent réaliser.

Une nette vision de là où ils veulent aller.

Et de ce qu’ils sont prêts à investir pour y arriver.

C’est OK.

J’ai moi même mis pas mal de temps à définir tout ca

(et veille à le travailler régulièrement).

C’est un sujet qui donne matière à réflexions.

✨ J’écoutais hier une interview sur Youtube de Bob Proctor qui définissait le succès ainsi :

“Le succès est la réalisation progressive d’un noble objectif”

(il citait en fait un certain Nightingale). ✨

Pour lui, le succès ne réside donc pas dans le résultat.

Mais bien dans la mise en place des actions menant vers ce résultat.

Et c’est là où ça devient intéressant :

On pourrait donc avoir du succès sans même atteindre nos objectifs !

Quel soulagement.

➡️ L’idée serait donc de…

Savoir où on veut aller et ce qu’on veut être.

Faire en sorte de travailler dans ce sens.

Le tout en profitant du chemin.

💥 Car c’est aussi et surtout pour ça qu’on se lance dans l’entreprenariat :

Pour kiffer chaque jour !

N’est-ce pas aussi ça, l’objectif ?! 💥

• Se concentrer sur ce qui nous excite.

• Faire chaque jour ce qui peut être fait.

• Etre fier une fois la journée finie.

• Savoir que nos actions nous rapprochent un peu plus de notre but.

• Se respecter en tant que personne et être honnête avec soi-même.

C’est un point sur lequel j’insiste avec ceux que j’accompagne :

Faire l’effort de décider de ce qu’ils veulent être.

Non seulement dans 1, 3, 5 ou 10 ans.

Mais aussi aujourd’hui et demain.

Accepter de travailler sur des petites actions, amenant une transformation, et qui mèneront fatalement vers de grands changements.

Ca prend du temps.

Ce n’est pas magique.

Mais c’est bête comme chou et garanti 🤷🏻‍♂️

😍 Je terminerai avec trois affirmations que j’aime lire et relire (et re-relire) :

“Se concentrer sur le process, pas le résultat.”

“Avoir de grands objectifs et de petites attentes.”

“Le secret du bonheur est de regarder toutes les merveilles du monde, mais sans jamais oublier les deux gouttes d’huile dans la cuillère” – Paulo Coelho, L’Alchimiste 😍

Pour revenir à ma question du début, quelle est votre réponse ?


Alex

Ce site à 15 boules qui ne rapporte aucun client

Est-ce que vous avez votre propre site internet ?

Est-ce que vous y avez investi un nombre fou d’heures ou d’euros ?

Est-ce qu’il vous rapporte des clients ?


Ces questions, car je constate que ce point du site revient encore et encore (3 fois rien que cette semaine !).

Ces personnes me confient être :

Soit sur le point de le lancer (il leur FAUT un site pour démarrer leur activité),

Soit qu’il est en place (et qu’il a coûté un bras) mais ne sert pas à grand chose (leur activité est lancée).


Je vais vous dire pourquoi se concentrer là-dessus est une perte de temps, d’argent et d’énergie.

Mais avant ça, je vais en quelques lignes vous partager ma petite histoire.


Moi aussi, chaud bouillant à mes débuts, je me suis dit “JE LANCE MON BLOG”.

Et me voilà parti dans WordPress.

A suivre des tutos dans tous les sens.

Acheter des thèmes et plugins.

LUTTER avec la technique.

Pinailler sur des détails insignifiants.

De longues semaines après…

J’étais plus ou moins satisfait du rendu.

J’avais écrit un seul article.

Et avait eu droit à quelques visites seulement (surement moi en incognito pour voir le rendu et ma femme).

En fait, je ne savais pas vraiment pourquoi je l’avais fait

(je mens, je voulais le monétiser). 

Pire, je ne savais pas quoi exactement y proposer (répondre à quel besoin ? Pour quelle cible ?)

Et, fatalement, je n’avais pas de client.


Attention, partir sur un projet de blogging fonctionne, bien sûr.

Mais un blog ne fait pas vivre.

C’est via la capture d’email sur le site, pour ensuite proposer ses offres à ses abonnés, que les ventes se font.

Cette stratégie blogging fonctionne.

Mais c’est une stratégie lente et fastidieuse (environ 6 à 18 mois pour récolter les premiers résultats).


Conséquences de cette stratégie foireuse (pour moi) ?

Du temps perdu.

Beaucoup de stress et d’énervement.

Le sentiment de ne pas y arriver.

Sentiment confirmé par zéro client au bout du compte.


Soyons clair :

Votre site N’EST PAS votre priorité pour lancer ou pérenniser votre activité.

Tout simplement car cela n’a AUCUN SENS de se casser la tête sur un site qui n’aura AUCUNE VISITE (et donc aucun prospect potentiel).


Ce que vous devez faire à la place (et ce sur quoi je fais bosser mes clients) ?

• Définir le plus précisément possible votre avatar (au moins un premier jet avec lequel commencer)

• Comprendre ses besoins, désirs et douleurs pour créer une “offre 1.0” qui répondra à ses attentes.

• Aller à l’encontre de cet avatar !

• Créer une conversation et écouter.

• Proposer votre offre (vendre).

• Célébrer, répéter et développer.


Là, vous aurez confirmé votre activité.

Vous dégagerez un CA qui vous laissera respirer.

Et vous aurez loisir de travailler sur d’autres projets pour consolider le tout (une page vitrine, un blog, un site ?).


Si vous avez déjà un site, dites-moi s’il joue un rôle dans le développement de votre activité. Ca m’intéresse.

Pour les hésitants, prenez le temps d’un appel avec moi :

https://calendly.com/alexspiga/appel60

Alex

L’automatisation, cette fausse bonne idée qui vous fera perdre du temps

C’est marrant comment on peut se faire avoir par ce qu’on voit sur le web.

Surtout lorsqu’on est encore dans la phase de lancement en fait.

On explore le web.

Regarde un webinaire qui étale telle stratégie.

Prend des notes en se promettant d’appliquer.

Puis passe à un autre contenu qui explique une autre stratégie.

Celle qui revient souvent ?

Je suis sûr que vous l’avez trouvée.

Celle d’avoir un business entièrement automatisé.

De A à Z.

Sans n’avoir à se soucier de rien.

Si ce n’est compter les sous qui tombent chaque jour.

(elle est pas belle la vie ?)  

Ca ?

Bien sûr que c’est possible.

Certains le font et en vivent très confortablement.

Dans les grandes lignes, cela ressemblerait à quelque chose comme :

Choisir une niche.

Construire une audience.

Comprendre ses besoins.

Produire (beaucoup) de contenus.

Créer des formations.

Mettre en place le système automatisé.

Sauf qu’il y a un détail à ne pas négliger.

Et qui a son importance.

Ce n’est que le résultat d’un long travail en amont.

La réalité ?

Chercher à automatiser d’entrée une offre qui n’a pas été validée par votre marché

(le seul vrai juge).

C’est courir les yeux fermés dans un mur

(la bosse sur votre front risque d’être épaisse).

Vous voyez, hier j’échangeais avec une vraie pro dans son domaine (l’accompagnement), qui me disait adorer transmettre et favoriser l’échange.

Puis, elle m’avoue également travailler en parallèle sur l’automatisation d’un produit, pour s’assurer une entrée financière.

Parce qu’elle a visionné du contenu là-dessus et sait que ca existe.

Le truc, c’est que pour beaucoup, l’automatisation est un fantasme.

On balance un produit sur le web et BOUM ! Notre compte Paypal explose.

Si seulement…!

Si vous etes comme moi, ce que vous privilégiez et aimez, c’est accompagner, transmettre, assister à des transformations chez vos clients.

Si c’est là qu’est votre zone de génie, pourquoi divaguer avec cette chimère ?

Ce qui sera bien plus sage et offrira des résultats plus rapides

(paradoxal ? Et pourtant) :

Se concentrer sur UNE offre destinée à UN avatar.

Ecouter ce dernier. 

Offrir une version “1.0”.

Améliorer le process. 

Et surtout, donner de la valeur tout en kiffant ce qu’on fait

(peut être le point le plus important).

Quand le tout est validé avec un CA qui augmente, vous pourrez alors réfléchir à comment améliorer tout ça.

Là se trouve la puissance d’un accompagnement dans l’avancée de son projet.

Ca représente un certain investissement, c’est vrai.

Mais l’économie d’argent, d’énergie et surtout de TEMPS est sans commune mesure.

Alors… vous rêvez d’automatisation ?

Ou vous en êtes revenus ?

Alex

Plus c’est simple et con, moins on le fait (et là est l’erreur)

A quoi ca tient de créer des clients et de vivre de son activité ?

A trouver la dernière méthode “que même les américains ne connaissent pas” ?

A s’embarquer dans des stratégies à 37 étapes hyper-complexes ?

A croire que c’est forcément quelque chose qu’on ne comprend / possède pas encore ?

… Rien de tout ça, vraiment.

Je vais vous le dire, à quoi ca tient.

Mais avant ça, laissez-moi vous partager cette histoire – qui a son importance…

Je suis en train de me préparer pour le semi marathon de Dubaï qui aura lieu dans un mois.

Mon objectif : le finir en moins d’1h30.

Mon plan pour y arriver : courir. 

Point.

Con comme la lune.

Si je veux courir vite et longtemps le jour J, je dois m’y entraîner avant.

Donc je cours. Sur un tapis. En regardant des vidéos sur mon smartphone.

Je suis le programme que mon ami coach m’a sorti.

Oh, il n’est pas très élaboré. 

3 sorties par semaine et des consignes simples.

C’est-à-dire que si j’applique ce programme à la lettre, je mets toutes les chances de mon côté pour atteindre mon objectif.

Est-ce que je vais y arriver ?

Ce n’est pas garanti, mais je vais tout faire pour.

Grâce à des actions SIMPLES – et RÉGULIÈRES.

Le rapport avec votre activité ?

On me partage parfois ne plus savoir quoi faire pour créer des clients.

Ce n’est pourtant pas si sorcier.

Il suffit d’aller là où ils sont.

Ouvrir des conversations.

S’intéresser à eux et leurs problèmes qu’ils veulent à tout prix résoudre.

Leur parler de votre offre.

Il ne faut pas forcément un “funnel” à 25 étapes et des upsells / downsells de tous les côtés.

(c’est ce que proposait l’anglosaxon pour lequel je bossais. 

Il en avait partout. C’était une vraie usine. 

Croyez-moi, vous ne voulez pas ça).

Il ne faut pas forcément une liste email. 

Ou une chaîne Youtube avec 10 000 abonnés. 

Ou un blog.

Souvent on refuse la simplicité parce que ca nous parait trop… simple.

Et on préfère quelque chose de complexe, pensant (à tort) que c’est le meilleur chemin.

Tenez, exemple :

Une de mes clientes remet de l’ordre dans son quotidien et son organisation.

Elle s’engage à poser des actions simples mais impactantes.

Résultat, elle a décroché deux nouveaux RDV 3 jours après notre échange.

Ne cherchez pas à réinventer la roue.

Allez au plus simple.

Cette question anodine vous y aidera :

“Qu’est-ce que je peux faire aujourd’hui pour aider mon activité ?”

Je vous laisse sur cette suggestion :

M’envoyer un message pour faire le point sur votre situation :

https://calendly.com/alexspiga/appel60

Simple comme bonjour.

Alex 

De la plage d’Hossegor au désert des Emirats, c’est toujours le même sable… vraiment ?

Les jours se suivent et se ressemblent.

Ou pas.

Ca y est, je suis de retour aux Emirats, après 3 mois passés en France au bord de l’océan.

Les températures descendent doucement (entre 35 et 40°. On respire mieux).

Et le dernier trimestre 2019 a donc débuté.

Ce retour au plus proche des dromadaires implique pas mal de choses :

Tout d’abord revoir de nouveau ses routines.

Parce qu’on ne peut jamais vraiment être la même personne selon notre environnement.

L’Alex qui vit proche de la frontière avec Oman n’est pas tout à fait le même que celui qui se trouve juste derrière les vagues.

Et cela veut dire appliquer une sorte de petite remise en questions :

Comment vais-je organiser mes journées ?

Qu’est-ce que je peux mettre en place pour m’assurer d’avancer ?

Qu’est-ce qui va m’animer dans ce nouveau quotidien ?


Ces questions, ce sont de VRAIES questions.

Car, souvent, on est trop dispersés, à courir derrière le temps pour se les poser.

Et ainsi se donner l’opportunité d’atteindre nos objectifs.

Car, oui, un objectif se dessine avant tout au quotidien.

C’est l’accumulation de petites actions dans le bon sens qui nous mène là où on souhaite aller.

Mais si on ne prend pas le temps d’y réfléchir…

Justement, j’ai profité de ma journée en l’air mercredi pour répondre à ces questions

(ainsi qu’à beaucoup d’autres).

Début de dernier trimestre 2019 oblige, c’était l’occasion de réfléchir à mes derniers objectifs – qui n’ont à priori rien de sorciers :

Travailler à une nouvelle routine saine pour moi

Tester et valider (ou corriger pour améliorer) certains process internes

Valider le CA fixé quelques temps plus tôt

Passer sous les 1h30 au ½ marathon de Dubai fin novembre

Au passage, notez que je cherche à Etre (dans une nouvelle routine) pour Faire (des process) afin d’Avoir (obtenir un certain CA).

Où je veux en venir ?

Pour vous assurer d’avancer correctement, vous n’avez pas d’autres choix que de continuer à vous poser des questions.

D’essayer. Bouger.

Voir ce qui ne fonctionne pas. Essayer alors autre chose.

L’améliorer. Réitérer. Etre curieux.


Si vous vous bornez à rester dans des schémas qui ont peut etre fonctionné avant alors que ce n’est plus le cas, vous courrez à votre perte.

Je ne parle pas ici des derniers hacks, trucs et astuces.

Mais des questions que vous posez.

Et qui conditionnent les réponses qui en découleront.

Ces questions auxquelles j’ai répondu dans l’avion, ce sont les mêmes que je propose à mes clients.

Parce que j’ai compris que des questions de merde amènent des réponses de merde.

Et de bonnes questions apportent de bonnes réponses

(CQFD).


Si vous cherchez réponses à vos questions, revoyez d’abord ces dernières.

Mieux : prenez le temps d’un échange avec moi

(clarté assurée au bout du fil).

https://alexspiga.kartra.com/page/vdw-resaappel

Alex

Il y a une certaine magie derrière chaque accompagnement.

“ Depuis notre dernier appel, j’ai obtenu deux nouvelles clientes.”

Il y a une certaine magie derrière chaque accompagnement.

Je ne suis pas certain de l’exact fonctionnement derrière tout ça (s’il y en a un) mais je vais vous partager ce que j’en pense.

Avant ça, laissez moi vous raconter pourquoi je suis convaincu que la recette du succès est en fait plus simple qu’on y croit.

Début septembre, après avoir été pas mal occupé ailleurs cet été, je décide de “relancer la machine” afin de “créer des clients” (comme le dit Rich Livin dans l’excellent livre The Prosperous Coach).

Encouragé par mon coach, je me demande quelles actions mettre en place et décide de la jouer K.I.S.S

(Keep It Stupid Simple).

Je vais alors au plus simple :

J’envoie quelques messages à des connaissances pour prendre de leurs nouvelles.

L’une d’entre elles me répond qu’elle éprouve quelques difficultés en ce moment avec son activité.

Je lui propose un appel pour en discuter.

Moins d’une heure après, on décide de démarrer un accompagnement ensemble.

Notre premier appel a lieu le 23 septembre.

Il y a quelques jours, elle m’écrit pour me dire qu’elle a depuis décroché deux nouvelles clientes.

N’est-ce pas fantastique ?!

Prenons le temps d’analyser ce qu’il s’est passé :

1. Je décide de remettre mon focus sur mon accompagnement

2. Convaincu de mes qualités (et appuyé par les retours de mes clients), je contacte quelques personnes, sans plus d’engagement

3. L’une d’entre elles a un problème à résoudre et décide de me faire confiance – mais surtout de se faire confiance à elle.

4. Portée par ce nouvel élan, elle décroche 2 clients en envoyant simplement un email à sa petite liste (moins de 100 inscrits).

Comme si, par un simple transfert de certitude (croire en ses qualités) et de courage (de mener des actions, même simples), un cercle vertueux se mettait en place :

1. Je me motive et envoie quelques messages : je décroche un nouveau client

2. Ce nouveau client, boosté par sa décision de croire et investir en lui, mène UNE action simple : il décroche deux nouvelles clientes.

3. Ces nouvelles clientes ont pris une grande et belle décision : elles ont décidé de se donner les moyens de changer pour le meilleur.

4. Cette décision influencera forcément leur environnement.

Maintenant, j’ai une question pour vous…

Est-ce que, au bout de cette chaîne, ces deux personnes (qui resteront des inconnues pour moi), auraient eu le courage de se bouger si, en amont, je n’avais pas eu cet élan pour envoyer quelques messages…?

J’ai envie de croire que non.

Et ca me fait sourire

(un vrai grand sourire !).

Le jour où j’ai compris que proposer (vendre) mes services était en fait un geste altruiste, beaucoup de choses ont changé.

Je l’ai répété encore récemment :

La vente n’est pas un truc réservé aux vilains et aux méchants.

Grâce à la vente de vos services, vous contribuez à rendre le MONDE MEILLEUR.

Oui, carrément.

Je crois qu’à la base de tous sentiments, il n’y en a vraiment que deux :

L’AMOUR et la PEUR.

L’amour vous poussera à faire preuve de courage.

La peur vous gardera immobile.

Par quel sentiment souhaitez-vous guider votre vie ?

Quand vous y avez réfléchi, je vous laisse me répondre en message privé.

Alex

Vous détestez vendre ? Tant mieux, vous n’êtes pas là pour ça !

Dites moi… 

Lorsque vous approchez un prospect potentiel, vous avez les mains moites de peur de passer pour un vendeur de tapis ?

La moindre action, aussi simple soit-elle (démarrer une conversation), devient impossible à réaliser ?

Tout votre corps se tend et, pour éviter le court-circuit, vous passez à une autre action, plus rassurante.

Ca vous parle…?

Faisons un test rapide :

Lorsque je vous dis “prospection”, qu’est-ce qui vous vient en tête, instantanément ?

Si c’est l’image un peu foireuse du type en 3 pièces faisant du porte à porte en essayant de refourguer sa came à tout prix et à n’importe qui…

Il serait temps de revoir ça

(pour votre plus grand bien !).

Mais avant ça, soyez sûr d’une chose :

Les ventes sont L’OXYGÈNE de votre activité.

Sans vente, elle meurt.

Et vous, vous pouvez dire adieu à vos rêves de liberté et de sérénité.

Et je dois bien vous l’avouer :

A mes débuts, je n’avais pas compris l’importance de vendre.

Et je ne l’avais jamais vraiment fait pour ma poire exclusive.

Autant dire que lorsque je m’y suis mis, j’étais…maladroit

(ce qui était OK pour survivre car le travail réalisé pour mon client anglosaxon couvrait mes besoins).

Puis j’ai vite compris que si je voulais vivre comme je l’entendais (notamment en ayant la liberté géographique), il me fallait passer la seconde.

Je me suis alors penché plus sérieusement sur ce qu’était réellement la vente

(je ne pouvais pas rester bloqué par des croyances non justifiées).

Ce que j’ai découvert m’a rassuré :

Quand vous vendez, vous AIDEZ l’autre.

Vous lui rendez SERVICE.

Carrément ?!

Oui.

Carrément.

Tout simplement parce que la vente est la dernière étape d’un process enclenché plus haut :

Connaître votre valeur et vos services.

La confronter aux besoin de votre audience.

Ecouter cette dernière attentivement.

Pour travailler votre offre et ainsi lui offrir ce qu’elle veut.

Lui proposer.

Vendre – échanger votre valeur contre la sienne (matérialisée par une somme d’argent)

Délivrer.

Vu comme ça, ca parait plus simple, non ?

Alors gardez ça en tête lorsque vous entamez des conversations.

Dans le service, une vente commencera TOUJOURS avec une simple conversation.

La CONVERSION se trouve dans la CONVERSATION.

Rien n’est plus vrai

(et en plus, ca rime).

Arrêtez de baliser et concentrez-vous sur L’AUTRE.

Pas sur vous.

Ce point important (capital même), est un des points sur lesquels je fais travailler mes clients.

Pour leur plus grande joie.

Parce que c’est l’un des points qui change la donne. 

Qui vous rend plus confiant, certain et motivé.

A vous de devenir un excellente vendeur… en pensant à votre prospect.

Alex


1 2 3 7