De quoi avez-vous le plus besoin ?

D’argent pour m’installer

De confiance en moi pour démarrer

Ce sont deux des réponses que je viens de recevoir de la part d’inscrits à mon webinaire de jeudi dernier 

Et je tiens à en parler aujourd’hui.

Je ne sais pas si c’est de l’ignorance ou la peur qui parle dans cette réponse.

Mais je peux affirmer sans trop de risques qu’il n’a jamais été aussi facile de se lancer à son compte et proposer ses services qu’aujourd’hui.

Lancer son affaire avant le web ?

Là c’était risqué. 

Ca demandait, j’imagine, beaucoup plus d’investissements.

Si on partait sur un business en dur, il fallait prévoir le bail, les charges, peut-être les employés, les frais pour le matériel, etc.

Et si c’était banqueroute, bon courage pour éponger derrière.

Ca me fait parfois mal au coeur de voir des petits restos ou boutiques vides.

J’imagine les gérants désabusés, après avoir tant oeuvré et investi…  

Aujourd’hui, c’est devenu tellement “banal” de pouvoir se lancer qu’on ne se rend même plus compte de la chance EXCEPTIONNELLE qu’on a.

Nous avons accès à TOUT grâce au web.

Sans sortir de sa chambre nous pouvons…

Faire une étude de marché

Identifier des besoins clairement exprimés par un certain avatar

Délivrer son message

Contacter des clients potentiels

Vendre son service et encaisser

Si on se décide à vendre son expertise à travers un service, le risque financier pour démarrer et tester s’élève à, quoi… 

Une centaine d’euros, max ?

Revenons donc à cette première question :

“De quoi vous avez le plus besoin ?”

Pas d’argent pour s’installer – quelques euros suffisent

Pas de confiance en soi – le passage à l’action crée la confiance, pas l’inverse

Mais d’un peu de courage et d’un plan d’action simple.

Le courage vient en passant à l’action.

Pas en restant immobile.


Pourquoi cet escroc de classe mondiale peut t’inspirer


“Les autres sont bien meilleurs que moi, il y a tellement de personnes plus qualifiées”

Ca, je l’entends régulièrement – et je le pensais aussi fort fort fort avant.

Dans ce post, je vais t’expliquer pourquoi tu n’as pas à être le meilleur au monde, le plus pointu des experts, pour attirer des clients et délivrer un service de super qualité.

Mais pour que ce soit plus parlant, je vais te raconter une anecdote de la vie incroyable de Frank Abagnale.

Est-ce que tu as vu “Attrappe moi si tu peux” de Spielberg (film très sympa) ?

Leonardo Di Caprio y joue le rôle de Frank Abagnale, un faussaire et usurpateur qui a réussi à mener plusieurs vies avec succès : 

Pilote de ligne, médecin pédiatre, avocat…

Et doctorant en sociologie à l’université de l’Utah

(c’est cet épisode qui nous intéresse).

Quand, après de longs mois, il se fait découvrir, le corps enseignant, bien évidemment stupéfait, lui demande comment il a bien pu faire !?

Comment a-t-il pu transmettre un savoir qu’il ne maîtrisait pas et n’avait pas étudié ?

Sa réponse est géniale.

Il répondit simplement :

“Je me contentais d’avoir un chapitre d’avance sur mes élèves…”. 

Réponse géniale et inspirante !

Ce que tu peux en retenir ?

Non.

Pas que tu dois tromper ton monde et vendre du vent

(il y en a suffisamment en ligne, merci) !

Mais que ce tu sais maintenant suffit à faire de toi quelqu’un qui peut apporter à d’autres.

Que l’expertise que tu possèdes aujourd’hui est forcément recherchée par une personne qui a un besoin réel et souhaite en terminer avec son problème.

Tu n’es pas le meilleur dans ton domaine ?

Evidemment !

D’autres ont commencé bien avant toi, ou alors vont plus vite.

C’est OK.

Quelque part, c’est même une bonne nouvelle.

Ca veut dire que ta marge de progression est quasiment… infinie !

C’est magnifique – L’AMELIORATION CONTINUE est la plus belle chose qui puisse t’arriver.

Car ce n’est pas une compétition.

Oublie cet esprit de compétition.

Pense plutôt esprit de CRÉATION.

Et garde en tête que le meilleur moyen de progresser sera de créer de nouveaux clients.

Pas de théoriser tout seul.e dans ta tête.

Mais d’échanger avec tes clients.

Délivrer ton expertise pour les transformer.

Et ainsi GRANDIR – vous deux, ensemble.


C’est parfois plus compliqué de faire simple que difficile, mais sans être facile (…)

Là, directement en dessous, je te donne 3 actions simples à réaliser tous les jours pour travailler à l’agrandissement de ton activité :

Agrandir son réseau – plutôt simple
(il suffit de cliquer sur “Ajouter”).

Démarrer une conversation – plutôt simple
(il suffit de dire “bonjour !”).

Gagner en visibilité – plutôt simple
(il suffit de créer du contenu en rapport avec notre audience).

Mais ca peut parfois être TRÈS DIFFICILE.

Simple et difficile.
Ton cerveau a buggé ?

Tu n’es sans doute pas le seul.

Quand j’ai démarré, je n’avais aucun client
(à part l’irlandais Paul O’Mahony – je faisais partie de son équipe).

Je voulais alors trouver ma propre clientèle française.
Et pour ça, je bouffais du contenu comme un dingue.

“Les 77 secrets pour …
Comment faire X€ grâce à 123 étapes…”
etc.

Je n’avais pas encore compris qu’il me fallait commencer avec des actions simples.
Je me faisais des noeuds au cerveau sur de ces questions… c’était du délire !

C’est que “simple et difficile” est dur à accepter.


Si c’est si simple, pourquoi ai-je du mal ?! Pourquoi je trouve ca difficile ?!
On cherche fatalement à complexifier.

C’est pour ça que je cherchais la dernière-technique-ninja-tout-droit-sortie-de-l’espace.

Ou que le mec célibataire va chercher le moment “parfait” pour aborder cette femme qu’il trouve magnifique – alors qu’un simple usage de mots avec sa bouche suffirait.

Et c’est pour ça que j’exhorte maintenant mes clients à FAIRE SIMPLE.
Car, comme moi avant, ils se méfient du simple-mais-difficile (trop simple, tu penses donc !) et se sentent plus à l’aise avec du compliqué-mais-facile.
Ils veulent le plan d’action ULTIME
(celui que j’ai arrêté de chercher il y a maintenant quelques lunes – à la bonne heure !).

Tu me suis toujours ?

Donc, pour ton activité en ligne, restons dans le simple avec ces 3 points à respecter :


• Un problème D.U.R (Douloureux – Urgent – Reconnu),
• Une offre qui répond à ce besoin,
• Une niche profitable.

Pas besoin de hack ou de tunnels de vente à 17 étapes pour vivre sereinement de son activité avec ça
(j’en connais beaucoup qui n’ont rien et vivent trèèèès confortablement !).

Une fois la base simple validée tu pourras passer à sa complexification.
Pas avant.
Car si personne ne veut de ton offre dans la version simple, personne n’en voudra dans la version compliquée.

L’action la plus simple que tu peux faire là de suite ?
T’inscrire à ma liste privée

Les 3 seuls points qui comptent pour améliorer vos ventes


(putaclick ? Peut-être. Et pourtant…).

Obtenir plus de clients.
C’est sans doute votre unique objectif pour cette fin d’année.
Peut-être aussi votre pire cauchemar.

Car vous vous demandez COMMENT vous allez bien pouvoir faire.
Vous avez bien essayé un truc à droite, une bidouille à gauche.
Mais sans vraiment y croire.
Et sans plus de résultats.

Vous en concluez alors que, de toutes façons, vous êtes nul.le.
Que le marketing et la vente, c’est bien un truc de voleurs et d’escrocs.
Que ce n’est pas pour vous
(mais vous finirez bien, rempli.e d’espoir, par consommer un énième contenu pour apprendre le dernier hack).

Allez.
⚡️ On contrôle ses émotions et on se reprend.
Voici ce que je vous invite à garder en tête :
Les 3 points sur lesquels repose votre activité (et celle de votre marché aussi).
Les 3 points sur lesquels travailler pour enfin obtenir des clients. ⚡️

Le premier point – Plus de TRAFIC.


Appelez-le aussi visites, audience ou visibilité.
Sans visite de vos différentes pages et profils, impossible d’aller plus loin.

Si vous ne partagez pas votre message, vous serez invisible aux yeux de votre audience.
Si vous êtes invisible, personne ne vous verra et ne sera intéressé
(CQFD).

➡️ Comment améliorer ce point :
En partageant votre message.
C’est bien joli d’avoir un beau site web.
Mais si vous avez 23 visiteurs par an, à quoi bon ?

Allez où est votre avatar.
Partagez votre message.
Décrivez les problèmes de votre audience.

Le deuxième point – Plus de CONVERSION.

Créez-vous des conversations ?
Menez-vous bien vos appels de vente ?

Ici, pas besoin du dernier hack-sorti-tout-droit-du-Kentucky.
Non.
➡️ Vous allez plutôt vous appuyer sur des qualités humaines.

Certitude.
Empathie.
Ecoute

Le troisième point – Un PRIX PLUS ÉLEVÉ.


Pas simplement pour faire plus cher pour plus cher. Non.
Pour vous obliger à élever vos standards et offrir une vraie transformation à vos clients idéaux.

➡️ Clients qui seront heureux de payer 

(= s’engager) car persuadés que vous êtes LA solution, le moyen pour les amener vers cette situation désirée.

✨ En respectant ces trois points ?
En les contrôlant et mesurant ?
VOUS êtes en charge.

Vous savez quelle étape corriger.
Vous savez quoi faire pour améliorer le process.
Et ainsi s’assurer de créer plus de clients. ✨

Par contre, c’est certain que vous ne pourrez plus vous cacher derrière des “je ne sais pas pourquoiiiiii ca marche paaaaas”.
Pas d’autres choix que d’assumer sa responsabilité.
Ca sera dérangeant et inconfortable.

Mais si c’est pour décrocher des jolies ventes et faire grandir votre activité…
Est-ce que ca ne vaudrait pas le coup…?

C’est bien beau de faire le con en slip !

Il y a quelques semaines je m’amusais à poser avec un beau slip floqué “Hossegor” devant la plus grande tour du monde, la Burj Khalifa de Dubaï (829m, quand même).

J’ai passé un beau vendredi : 

Un peu de nage dans une belle piscine

Un lunch avec ma femme et des amis

Des échanges clients rapides pour m’assurer de leur avancée

Parfois je me rappelle nos débuts (très) compliqués aux Emirats.

Tous les 2 jours on pensait faire nos sacs et rentrer en France.

On a bien fait de persévérer.

Car à défaut d’avoir préparé notre arrivée ici (on est quand même partis le doigt au c*l), on a fait preuve de suffisamment de courage pour s’accrocher.

Et ce même vendredi, je me demandais…

Si j’avais fait preuve de plus de courage et d’audace pour mon activité ? 

Je serais certainement ailleurs, avec d’autres projets.

Peut-être à un stade plus “avancé”.

A me régaler et me challenger encore plus.

Et, au contraire, si j’en avais manqué sur certaines actions et décisions ?

Je m’ennuierais peut-être dans un emploi salarié à pleurer sur ma routine 9-5.

Ou alors je survivrais grâce à des petits boulots ça et là.

Et je serais convaincu que la vie est injuste et le monde pourri.

Pourquoi je vous raconte ça ?

Je me surprends encore à avoir des pensées à la con et qui ne riment à rien.

Maintenant, j’y fais attention et les chasse aussitôt !

Grâce à un petit exercice tout simple que je vous livre plus bas.

Alors, pensez-y la prochaine fois que vous vous surprendrez avec une pensée bien clichée et dénuée de sens, du style :

“Je ne sais jamais ce que je veux…”

“Je ne mène aucun projet à bien…”

“Je n’aurai pas le courage de faire ça…”

⇒ Démontez cette croyance en listant 5 à 10 moments de votre vie où vous :

Saviez ce que vous voulez, 

Meniez un projet à bien,

Avez fait preuve de courage.

(en creusant, vous trouverez bien quelque chose)

Ces pensées généralisées (qui n’ont aucun sens) s’envoleront.

Et vous gagnerez en certitude sur ce point précis

(à répéter autant de fois que nécessaire).

On parie ?

Faites cet exercice et venez me dire ce que ca donne.

Alex

Elle, toujours plus grasse malgré son régime

(et vous, toujours plus sec malgré votre budget investi)

Aujourd’hui, je souhaite t’expliquer pourquoi beaucoup d’entrepreneurs qui cherchent à consolider leur activité se plantent sans surprise.

Peut-être vas-tu te retrouver dans cette description – je t’invite à continuer la lecture.

Pour m’assurer que mon message passe bien, laisse moi te raconter cette rapide histoire… 

A son boulot, ma femme évolue avec une infirmière.

Petite philippine sympa, mais qui est devenue assez ronde ces derniers mois.

Elle s’est donc lancée dans un régime – régime Keto je crois, pour perdre du poids.

Je suis prêt à parier qu’elle n’en perdra pas.

Pourquoi ?

Parce qu’il faut voir comment elle bouffe :

Des confiseries hyper sucrées à longueur de journée

Aucun repas équilibré (si encore il y a un vrai repas de fait)

Peu d’eau bue, mais énormément de soda.

Perdre du poids dans ces conditions-là ?

Je ne suis pas nutritionniste mais je n’y crois pas trop.

Sauf si je me trompe, la recette de base d’une vie saine tient en 3 actions :

Bien s’alimenter, 

Bien s’hydrater,

Faire un minimum d’activité physique.

Con comme la lune.

Rien de compliqué. 

Trop simple pour être vrai, peut-être.

Pourquoi je vous raconte cela ?

Le parallèle avec une activité qui tourne bien est facile à voir.

Combien d’entrepreneurs et d’indépendants tentent un régime miracle pour grandir ?

Lancer des pubs Facebook… sans savoir à qui s’adresser ni comment le faire.

Souscrire à des plateformes marketing compliquées… et ne pas s’en servir.

Penser à automatiser tout leur business… 

C’est mettre la charrue avant les boeufs.

C’est surtout agir contre tout bon sens.

Alors, c’est sûr, vous voyez sur Facebook certains avec un marketing incroyable et une machine bien rodée.

Mais c’est qu’ils ont commencé par le commencement, en respectant les bases :

Identifier un problème D.U.R (Douloureux, Urgent, Reconnu).

Proposer une offre adéquate qui répond à ce besoin.

Valider l’hypothèse avatar/message/offre en trouvant des clients.

Pour ainsi commencer à dégager un certain CA.

Et continuer à grandir avec d’autres étapes.

Si vous n’êtes pas certain de vos fondations, ne foncez pas tête baissée

(et arrêtez les sucreries, c’est pas bon pour les dents).

Les actions à suivre pour s’assurer d’une bonne base ?

Commencer par prendre RDV avec moi pour y voir plus clair :

https://alexspiga.kartra.com/page/vdw-resaappel

“10 ans de cette vie ont suffit / A le changer en junkie”

Oui.

Junkie de la vie.

Il y a pile 10 ans, je validais mon Master 2 et m’envolais vers l’Australie.

Mon premier vrai grand départ.

Je ne savais pas trop ce que j’allais y trouver.

Ca a été une des meilleures décisions de ma vie.

J’y passerai un an à découvrir, galérer, me régaler.

A grandir beaucoup, aussi.

C’était seulement le 4e pays que je découvrais alors.  

Depuis, il y en a eu 24 autres (Indonésie, Nouvelle-Zélande, Etats Unis, Thaïlande, Nicaragua…) – et il y en aura d’autres.

Après ça, j’ai fait 3 ans en saisonnier : 

Val d’Isère l’hiver – ventes en ligne B2B et web marketing

Hossegor l’été – nageur sauveteur sur les plages où j’ai grandi

Puis, Malte, pendant 18 mois.

Travail de nuit pour une vilaine multinationale.

A priori pas la meilleure expérience.

Sauf qu’en cette expérience se dessinait mes débuts en tant qu’entrepreneur – je ne le savais pas encore, forcément. 

Puis retour sous les pins landais.

Pour me lancer à mon compte.
Construire ma maison.

Épouser ma magnifique femme.

Et la suivre dans ses envies d’ailleurs.  

J’écris ces lignes depuis l’Emirat d’Abu Dhabi, le sourire aux lèvres.

Je sais que je ne suis pas encore ce que je veux être et peux être.

Mais je suis heureux et reconnaissant de ce que je suis et ce que je deviens, jour après jour.

De ce que je peux faire au quotidien.

Oh, rien de fou.

Je ne suis pas non plus influenceur Instagram à écumer la planète.

Ou leader de mon domaine à remplir les salles durant une tournée européenne.

Mais aujourd’hui j’ai le plaisir de choisir les personnes avec qui je veux travailler.

Des personnes inspirantes et inspirées.

Je ne vous raconte pas ça pour me vanter

(beaucoup d’autres ont des vies bien plus incroyables !).

Simplement pour vous inviter et vous encourager à faire cet effort en plus pour provoquer ce que vous souhaitez.

D’aller au delà de vos peurs (commencez par les plus petites 🙂 ) pour avancer sur le chemin que vous souhaitez.

Ca fait flipper, c’est vrai.

Mais qu’est-ce qui est le plus flippant : avancer ou stagner ?

Et ce qu’il y a derrière est passionnant !

Est-ce que je peux vous demander de vous engager à réaliser une action qui vous fait peur mais qui vous fera avancer là où vous voulez ?

Et pour ceux qui sont “habitués” à ces sorties peu confortables, partagez-moi ce que ca vous apporte !

Alex

Vous êtes plutôt destination finale ou chemin pour y arriver ?

(indice : choix qui n’a pas lieu d’être)

Est-ce que vous êtes comme eux ?

🤯 Ces indépendants et entrepreneurs qui, lorsqu’ils sont dans la phase de décollage / validation de leur activité, s’embrouillent avec cette notion d’objectifs et les efforts que ca implique 🤯

Cela coince souvent sur une définition claire de ce qu’ils veulent réaliser.

Une nette vision de là où ils veulent aller.

Et de ce qu’ils sont prêts à investir pour y arriver.

C’est OK.

J’ai moi même mis pas mal de temps à définir tout ca

(et veille à le travailler régulièrement).

C’est un sujet qui donne matière à réflexions.

✨ J’écoutais hier une interview sur Youtube de Bob Proctor qui définissait le succès ainsi :

“Le succès est la réalisation progressive d’un noble objectif”

(il citait en fait un certain Nightingale). ✨

Pour lui, le succès ne réside donc pas dans le résultat.

Mais bien dans la mise en place des actions menant vers ce résultat.

Et c’est là où ça devient intéressant :

On pourrait donc avoir du succès sans même atteindre nos objectifs !

Quel soulagement.

➡️ L’idée serait donc de…

Savoir où on veut aller et ce qu’on veut être.

Faire en sorte de travailler dans ce sens.

Le tout en profitant du chemin.

💥 Car c’est aussi et surtout pour ça qu’on se lance dans l’entreprenariat :

Pour kiffer chaque jour !

N’est-ce pas aussi ça, l’objectif ?! 💥

• Se concentrer sur ce qui nous excite.

• Faire chaque jour ce qui peut être fait.

• Etre fier une fois la journée finie.

• Savoir que nos actions nous rapprochent un peu plus de notre but.

• Se respecter en tant que personne et être honnête avec soi-même.

C’est un point sur lequel j’insiste avec ceux que j’accompagne :

Faire l’effort de décider de ce qu’ils veulent être.

Non seulement dans 1, 3, 5 ou 10 ans.

Mais aussi aujourd’hui et demain.

Accepter de travailler sur des petites actions, amenant une transformation, et qui mèneront fatalement vers de grands changements.

Ca prend du temps.

Ce n’est pas magique.

Mais c’est bête comme chou et garanti 🤷🏻‍♂️

😍 Je terminerai avec trois affirmations que j’aime lire et relire (et re-relire) :

“Se concentrer sur le process, pas le résultat.”

“Avoir de grands objectifs et de petites attentes.”

“Le secret du bonheur est de regarder toutes les merveilles du monde, mais sans jamais oublier les deux gouttes d’huile dans la cuillère” – Paulo Coelho, L’Alchimiste 😍

Pour revenir à ma question du début, quelle est votre réponse ?


Alex

Ce site à 15 boules qui ne rapporte aucun client

Est-ce que vous avez votre propre site internet ?

Est-ce que vous y avez investi un nombre fou d’heures ou d’euros ?

Est-ce qu’il vous rapporte des clients ?


Ces questions, car je constate que ce point du site revient encore et encore (3 fois rien que cette semaine !).

Ces personnes me confient être :

Soit sur le point de le lancer (il leur FAUT un site pour démarrer leur activité),

Soit qu’il est en place (et qu’il a coûté un bras) mais ne sert pas à grand chose (leur activité est lancée).


Je vais vous dire pourquoi se concentrer là-dessus est une perte de temps, d’argent et d’énergie.

Mais avant ça, je vais en quelques lignes vous partager ma petite histoire.


Moi aussi, chaud bouillant à mes débuts, je me suis dit “JE LANCE MON BLOG”.

Et me voilà parti dans WordPress.

A suivre des tutos dans tous les sens.

Acheter des thèmes et plugins.

LUTTER avec la technique.

Pinailler sur des détails insignifiants.

De longues semaines après…

J’étais plus ou moins satisfait du rendu.

J’avais écrit un seul article.

Et avait eu droit à quelques visites seulement (surement moi en incognito pour voir le rendu et ma femme).

En fait, je ne savais pas vraiment pourquoi je l’avais fait

(je mens, je voulais le monétiser). 

Pire, je ne savais pas quoi exactement y proposer (répondre à quel besoin ? Pour quelle cible ?)

Et, fatalement, je n’avais pas de client.


Attention, partir sur un projet de blogging fonctionne, bien sûr.

Mais un blog ne fait pas vivre.

C’est via la capture d’email sur le site, pour ensuite proposer ses offres à ses abonnés, que les ventes se font.

Cette stratégie blogging fonctionne.

Mais c’est une stratégie lente et fastidieuse (environ 6 à 18 mois pour récolter les premiers résultats).


Conséquences de cette stratégie foireuse (pour moi) ?

Du temps perdu.

Beaucoup de stress et d’énervement.

Le sentiment de ne pas y arriver.

Sentiment confirmé par zéro client au bout du compte.


Soyons clair :

Votre site N’EST PAS votre priorité pour lancer ou pérenniser votre activité.

Tout simplement car cela n’a AUCUN SENS de se casser la tête sur un site qui n’aura AUCUNE VISITE (et donc aucun prospect potentiel).


Ce que vous devez faire à la place (et ce sur quoi je fais bosser mes clients) ?

• Définir le plus précisément possible votre avatar (au moins un premier jet avec lequel commencer)

• Comprendre ses besoins, désirs et douleurs pour créer une “offre 1.0” qui répondra à ses attentes.

• Aller à l’encontre de cet avatar !

• Créer une conversation et écouter.

• Proposer votre offre (vendre).

• Célébrer, répéter et développer.


Là, vous aurez confirmé votre activité.

Vous dégagerez un CA qui vous laissera respirer.

Et vous aurez loisir de travailler sur d’autres projets pour consolider le tout (une page vitrine, un blog, un site ?).


Si vous avez déjà un site, dites-moi s’il joue un rôle dans le développement de votre activité. Ca m’intéresse.

Pour les hésitants, prenez le temps d’un appel avec moi :

https://calendly.com/alexspiga/appel60

Alex

L’automatisation, cette fausse bonne idée qui vous fera perdre du temps

C’est marrant comment on peut se faire avoir par ce qu’on voit sur le web.

Surtout lorsqu’on est encore dans la phase de lancement en fait.

On explore le web.

Regarde un webinaire qui étale telle stratégie.

Prend des notes en se promettant d’appliquer.

Puis passe à un autre contenu qui explique une autre stratégie.

Celle qui revient souvent ?

Je suis sûr que vous l’avez trouvée.

Celle d’avoir un business entièrement automatisé.

De A à Z.

Sans n’avoir à se soucier de rien.

Si ce n’est compter les sous qui tombent chaque jour.

(elle est pas belle la vie ?)  

Ca ?

Bien sûr que c’est possible.

Certains le font et en vivent très confortablement.

Dans les grandes lignes, cela ressemblerait à quelque chose comme :

Choisir une niche.

Construire une audience.

Comprendre ses besoins.

Produire (beaucoup) de contenus.

Créer des formations.

Mettre en place le système automatisé.

Sauf qu’il y a un détail à ne pas négliger.

Et qui a son importance.

Ce n’est que le résultat d’un long travail en amont.

La réalité ?

Chercher à automatiser d’entrée une offre qui n’a pas été validée par votre marché

(le seul vrai juge).

C’est courir les yeux fermés dans un mur

(la bosse sur votre front risque d’être épaisse).

Vous voyez, hier j’échangeais avec une vraie pro dans son domaine (l’accompagnement), qui me disait adorer transmettre et favoriser l’échange.

Puis, elle m’avoue également travailler en parallèle sur l’automatisation d’un produit, pour s’assurer une entrée financière.

Parce qu’elle a visionné du contenu là-dessus et sait que ca existe.

Le truc, c’est que pour beaucoup, l’automatisation est un fantasme.

On balance un produit sur le web et BOUM ! Notre compte Paypal explose.

Si seulement…!

Si vous etes comme moi, ce que vous privilégiez et aimez, c’est accompagner, transmettre, assister à des transformations chez vos clients.

Si c’est là qu’est votre zone de génie, pourquoi divaguer avec cette chimère ?

Ce qui sera bien plus sage et offrira des résultats plus rapides

(paradoxal ? Et pourtant) :

Se concentrer sur UNE offre destinée à UN avatar.

Ecouter ce dernier. 

Offrir une version “1.0”.

Améliorer le process. 

Et surtout, donner de la valeur tout en kiffant ce qu’on fait

(peut être le point le plus important).

Quand le tout est validé avec un CA qui augmente, vous pourrez alors réfléchir à comment améliorer tout ça.

Là se trouve la puissance d’un accompagnement dans l’avancée de son projet.

Ca représente un certain investissement, c’est vrai.

Mais l’économie d’argent, d’énergie et surtout de TEMPS est sans commune mesure.

Alors… vous rêvez d’automatisation ?

Ou vous en êtes revenus ?

Alex

1 2 3 7